Les Pays-Bas au 19ème siècle (2)

Mardi 10 novembre 2020 20:30-22:00 sur inscription

Cycle de 3 conférences en ligne par Giulia Franceschini, proposé par Accueil La Haye, en collaboration avec Alliance Française et Amsterdam Accueil.

Au 19e siècle, les Pays-Bas sont désormais un royaume, dirigé dans un premier temps par un Roi Français, Louis Napoléon puis par la famille d’Orange revenue d’exil. Dans ce siècle de la révolution industrielle, le pays commence à changer et à se moderniser. Les villes sortent de leurs limites médiévales, les usines se multiplient, et avec la mise en place des chemins de fer, les communications se font plus rapides. Par contre, les courants artistiques semblent rester tournés vers le passé. Ce n’est qu’au début du XXème siècle, qu’apparaissent les premiers mouvements du modernisme qui rompent avec les codes classiques. Un voyage en trois volets sur les traces de cette jeune monarchie qui se cherche et qui essaye de se positionner sur le nouvel échiquier européen, tant politique qu’artistique.


1840-1880 : Guillaume II - Guillaume III

À partir des années 1830, une nouvelle classe émerge en Europe, celle des industriels. Poussée par l’invention des machines à vapeur, elle occupe de plus en plus une place prépondérante dans la société. La modernité fait son entrée dans la vie néerlandaise : chemins-de-fer, industries, ponts sur les grandes rivières, etc.

Avec l’introduction en 1848 de la nouvelle Constitution, voulue par Thorbecke, la monarchie néerlandaise n’a plus qu’un rôle représentatif. Guillaume III devient roi sans aucun des pouvoirs de son grand-père ou de son père ; pour le peuple, il est une figure paternel qui vit dans un monde à part, la cour, alors que pour ses proches, ses ministres et ses détracteurs, il est surtout un homme voluble, au caractère plus que difficile.

Les arts aux Pays-Bas suivent les tendances européennes, très souvent encore tournées vers le passé, tout en s’appuyant sur les nouveautés et avancés techniques ainsi que l’accès facilité aux arts non européens via les expositions universelles.